Galerie L'étangdart
Artistes > ABAD

Claude ABAD

Bonie's Family Montagnac
Bonie's Family Montagnac
DalSif
DalSif
Variation s/Lamentation
Variation s/Lamentation
Le cercle II
Le cercle II
Le cercle III
Le cercle III
Le cercle IV
Le cercle IV
Didascalie Mort d'Orphée
Didascalie Mort d'Orphée
Oeuvres de l'artothèque
Oeuvres de l'artothèque
Vues d'exposition
Vues d'exposition
Portrait I
Portrait I
Portrait II
Portrait II
Portrait III
Portrait III
Portrait Acteur II
Portrait Acteur II
Portrait Acteur III
Portrait Acteur III
Œuvres de l'artothèque
Œuvres de l'artothèque
Le chemin
Le chemin
Le seuil du Speos
Le seuil du Speos
L'exode
L'exode
Elévation
Elévation
La destinée
La destinée
Le serpent d'airin
Le serpent d'airin
Premier jour
Premier jour
Sarcophage
Sarcophage
Abel et Cain
Abel et Cain
Je de construction ou prière de toucher
Je de construction ou prière de toucher
Carrément
Carrément
Alphabet
Alphabet
Côneries
Côneries
   

 

> Biographie et CV

A propos de Claude ABAD

Claude Abad montre des travaux récents qui témoignent d'une maîtrise affirmée, sans jamais rien concéder a la pente des savoir-faire. C'est tout le contraire qui est exposé là.
Un appétit de peindre juste et fort, une mise en danger constante, risque nécessaire pour être, à chaque fois, toile après toile, plus incisif, plus vrai, auprès de nos imaginaires et, dans un paradoxe qui n'est qu'apparent, plus près de la vie ordinaire. Il n'y a pas d'emphases, pas de trucs chez Abad, pas de redites, pas de flous. Ce qui est dit est dit parce que cela devait l'être.
C'est, sous le pinceau, un solo de Coltrane ou d'Ornette Coleman, deux vers de Lorca, et deux autres de Celan, le lever du soleil, et la beauté des nuits, un bon restau, un voyage à deux.
La vie vraiment, mais pas seulement.
Une éthique. 
Irremplaçable tout simplement.

Daniel Bégard

La peinture silencieuse de Claude ABAD.

Certains tableaux de Claude ABAD déplacent le commentaire qu’un premier regard pourrait en donner. Ils ne sont jamais tout à fait dépouillés, au contraire, la peinture s’y présente comme une peau qui recouvre, retient et renvoie la lumière, offrant son grain et laissant à jour ça et là des déchirures. Lisse ou ansérine peau née d’une même teinte aux nuances d’ombres et de clartés où prennent place de petits surgissements, réserves d’éclats colorés, striés, à vif, issus  d’un travail antérieur pour créer un espace alors qu’ils viennent d’un autre temps. Une peau – plus un manteau qu’un miroir – habitée de lignes, courbes, brisées qui donnent la dimension et la trajectoire de gestes sans retour. Austère manteau qui retient le souffle d’une double apparition, intersection  de vitalité et de sagesse qui se retrouvent à même la surface, offertes sans commencement ni fin... Tout reprend le dessus. La peinture est seule tel celui qui regarde. Toutes références au réel demeurent silencieuses et inattendues. L’œil et la main ont su habilement  se préserver d’intentions que nous tentons d’interroger.
Peinture dont le mutisme nous oblige à faire face, son seuil ressaisi, elle rassemble notre présence et nous retient dans sa seule réalité dont nous ne cherchons pas à sortir.

G. DRANO

Sa démarche artistique 

Ma démarche de création consiste dans un premier temps à produire un foisonnement dense de peinture projetée à plat sur la toile posée au sol, technique proche de "l’action painting" (Pollock) où je laisse s’exprimer le plus possible toutes les pulsions premières réveillées par la musique de jazz (musique improvisée, rythmes, free-jazz). J’arrête quand la toile est saturée de couleurs, de graphismes, de matières, et que j’ai obtenu un fond gestuel riche de départs possibles, de supports à l’imaginaire.
Deuxième temps : la toile, une fois tendue sur chassis est posée verticalement et commence un lent travail d’élaboration beaucoup plus calme. Petit à petit, je tire de ce chaos de couleurs, graphismes, matières, un fil : en l’occurence un trait blanc ou noir qui permet de déméler l’écheveau. Autour de ce trait s’organise le monde, la surface peinte. Par un travail de recouvrement qui laisse deviner le premier état du travail, il s’agit d’arriver à créer un monde étrange et mystérieux, contemplatif, où tout est suggéré, ressenti, évoqué avec le moins de choses possibles.
Ma peinture s’adresse davantage à la sensation, à l’émotion, au poétique, qu’au raisonnement, à l’explication rationnelle. Elle s’inscrit dans une mouvance abstraite, mieux : non figurative. Il n’y a aucune représentation à rechercher, pas de forme qui voudrait évoquer des personnages, des objets. La peinture est présence.
Je mets des titres pour mémoire pour garder trace de ce qui a été le départ du tableau, l’idée première, pour rattacher l’oeuvre à un fait matériel, réel.

C. ABAD

> Visiter l'artothèque


Page précédente : Autres
Page suivante : Bonie's Family Montagnac
© Copyright L'étangd'art 1992-2013 | Association L'ETANGDART 8 rue de l'ancien puits 11100 Bages | Tel 04.68.42.81.11 | Contact | Plan d'accès | Plan du site | Mentions légales | Crédits